Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Exposition de photographies entre l’Inde et le Tibet

EXPOSITION DU 26 avril au 22 septembre 2018 (fermé du 1er au 15 août)
Du mardi au samedi de 10h à 12h et de 13h à 18h.
Fermeture les dimanches, lundis et jours fériés ainsi

128, rue du Bac, Paris 7ème
Tel: 01 44 39 92 01 - Fax: 01 45 49 09 98 - mail: 128ruedubac@gmail.com
MÉTRO
- Ligne 10 : Station Sèvres - Babylone
- Lignes 12 : Station Sèvres - Babylone

 Exposition de photographies entre l’Inde et le Tibet

 

 

LA QUÊTE DE L’ABSOLU - Concept de l'exposition

L’objectif de cette exposition est de révéler aux visiteurs la présence de l’Esprit dans l’âme des peuples et religion de l’Inde, du Népal et du Tibet.

Dans cette exposition, le visiteur sera lui-même convié à vivre une semblable expérience spirituelle qui l’emmènera à écouter la voix de fin silence qui résonne en son cœur, comme elle parle dans le cœur des croyants d’Asie, quelle que soit leur religion.

Les photos de Yann Vagneux et les extraits de son nouveau livre « Prêtre à Bénarès » sont les supports à la fois délicats et sensibles de l’exposition. La beauté du peuple indien est capturée dans les photos, auxquelles répondent en écho quelques textes qui les accompagnent. Cette beauté, qui ne cesse s’inspirer Yann Vagneux, allumera une flamme dans l’œil du visiteur qui sera accompagné tout au long de l’exposition par le fleuve sacré, fil conducteur de la quête de l’Absolu qui mettra son cœur au large.

Tout d’abord, le visiteur sera invité à entrer en amitié avec un peuple lointain et peu connu. Le père Yann aime le peuple de l’Inde qu’il a adopté comme sa nouvelle famille. Sa rencontre avec la population de Bénarès est à l’opposé de l’intrusion ou de la propagande. Elle se fait au contraire avec patience, écoute et amitié respectueuse. L’adresse du père Yann laisse percevoir la richesse inestimable de l’amitié qui n’impose rien à l’autre, qui se comprend par un cœur à cœur et qui garde aussi ses distances respectueuses. On entre ainsi gracieusement dans l’autre par la voie de son beau jardin intérieur. Chacune des personnes photographiées ont une richesse intérieure que l’on devine en les contemplant. Chacune est porteuse d’un message. Le visiteur apprendra aussi à « recevoir d’eux tout ce que l’Esprit saint a déposé dans leur cœur » 1.

Cette démarche artistique veut élargir le monde et faire tomber les barrières de l’ignorance qui empêchent le respect et le dialogue entre les différentes religions. Pour illustrer cette démarche, Bénarès, la cité sainte de l’hindouisme, est une ville idéale et unique car elle réunit en son sein, au bord du Gange purificateur, les huit religions de l’Inde : hindouisme, bouddhisme, jaïnisme, zoroastrisme, islam, sikhisme, judaïsme et christianisme. Elle est un lieu où l’on étudie, enseigne, pratique sa foi, échange et se respecte malgré toutes les différences humaines et religieuses. Yann Vagneux écrit : « la réalité humaine pluri-religieuse de Bénarès est une prophétie du monde à venir et l’image du meilleur que l’Inde peut apporter à l’humanité »1.

Mais pourquoi le titre « la quête de l’Absolu » ?

La quête du mystère de Dieu, l’Absolu, l’Unique, habite l’homme, quelle que soit son origine ou l’endroit où il habite. Dieu tout est en tous. Chacun pèlerine sur son chemin pour entrer dans le mystère d’où sa vie trouve son origine et vers lequel elle trouvera aussi son accomplissement. Le pèlerin suit le long fleuve sacré qui nourrit et purifie, emmène le défunt au-delà de la ténèbre. Parmi tous ces pèlerins, les plus humbles sont ceux qui reflètent sans doute le plus le mystère divin. « La dévotion des simples est d’une beauté et d’une transparence unique »1, écrit encore Yann Vagneux, qui aime à capter la lumière de leurs visages. Au terme du pèlerinage, le fleuve jaillit à sa source avec toute sa force, au pied des grandes montagnes de l’Himalaya, qui sont elles aussi les images de l’Absolu de par leur grandeur. Là, en ce lieu où le ciel et la terre se touchent et s’harmonisent, « il semble que l’homme ait retrouvé enfin sa juste place dans le cosmos, comme humble serviteur de l’Absolu qui ne cesse de l’inviter à le trouver en remontant dans les profondeurs de son cœur »1.

Avec cette exposition, les Missions Etrangères de Paris montrent une partie de la mission accomplie par leurs prêtres pour établir des ponts entre les hommes afin d’inciter le dialogue interreligieux et de participer à une démarche de paix dans le monde.

(1) Extrait du livre « Prêtre à Bénarès » de Yann Vagneux